Combien gagne un mandataire immobilier ?

Dernière mise à jour : 3/02/2022

Rattaché à un réseau, le mandataire immobilier perçoit une commission lorsqu’il mène une transaction à son terme. Le pourcentage de cette commission dépend de la politique du mandant et souvent, du montant de la transaction. Bien entendu, plus le volume de vente est conséquent, plus le mandataire est payé.

Pour s’approcher au plus près du net que le mandataire indépendant empoche, il faut ensuite déduire les cotisations sociales dont le montant dépend du statut juridique choisi. Alors, combien gagne un mandataire immobilier ? Réponses en chiffres !

Lire aussi : Quel statut juridique choisir pour être mandataire immobilier ?

Comment un mandataire immobilier est-il rémunéré ?

On ne peut pas parler de salaire pour un mandataire immobilier, pour la simple raison que le plus souvent, il exerce son activité non pas en tant que salarié, mais en tant que travailleur indépendant. Il choisit pour cela entre le régime de la micro-entreprise et le statut de l’entreprise individuelle.

Pour pouvoir jouer le rôle d’intermédiaire entre vendeurs et acheteurs, il faut être titulaire d’une carte professionnelle, la carte T. Le mandataire indépendant ne la possède pas, mais utilise celle du réseau auquel il est affilié ou celle d’un agent immobilier.

Le mandataire est lié au détenteur de la carte T non pas par un contrat de travail, mais par un mandat. Lorsqu’il réalise une transaction immobilière pour le compte du mandant, il est alors rémunéré. C’est pour cela qu’il est plus juste de parler de rémunération du mandataire immobilier, non de son salaire !

­­­­

La rémunération du mandataire indépendant dépend de plusieurs facteurs :

  • Les honoraires que le réseau choisit d’appliquer sur chaque transaction. Ils peuvent être forfaitaires ou au pourcentage. Généralement, ils sont fixés par tranches de prix de vente, et dépendent du type de mandat conclu, simple ou exclusif ;
  • Le pourcentage que le réseau ­accorde au mandataire sur ces honoraires, qui varie généralement entre 50 et 99 % ;
  • Le volume de transactions que le mandataire réalise.

Lire aussi : Comment devenir mandataire immobilier ?

Pour quelles missions un mandataire immobilier peut-il être rémunéré ?

Le mandataire immobilier exerce à peu près les mêmes missions qu’un agent immobilier. Il doit faire de la prospection pour se constituer un portefeuille de biens à vendre et à acheter, d’acheteurs et de vendeurs. Il peut également jouer un rôle d’intermédiaire dans la gestion locative. Dans cette hypothèse, il doit rechercher des investisseurs souhaitant confier la gestion de ses biens immobiliers à l’agence immobilière qui le mandate.

À savoir : le mandataire immobilier ne peut pas réaliser un acte juridique. Seul le détenteur d’une carte professionnelle peut ainsi rédiger le compromis de vente.

Le mandataire immobilier peut également être rémunéré en tant qu’apporteur d’affaires. Par exemple, si l’agent avec qui il collabore propose des prestations annexes comme la réalisation de diagnostics techniques et que le mandataire arrive à vendre cette prestation à un client.

Enfin, le mandataire peut aussi être rémunéré sur la base d’un plan de cooptation. Lorsqu’il parraine ou ramène un nouveau mandataire dans le réseau, il perçoit une commission supplémentaire.

À savoir : le mandataire sera rémunéré uniquement si la transaction est conclue. Le simple fait de rentrer un nouveau prospect dans un fichier ne lui permet pas d’être payé.

L’importance de la commission dans le choix de son agence

La commission du réseau ou de l’agent est perçue en contrepartie des facilités, outils et prestations qu’il fournit au mandataire, comme :

  • La possibilité d’utiliser sa carte professionnelle pour effectuer une transaction ;
  • La mise à disposition de sa notoriété, qui permet au mandataire d’être identifié par les clients, au lieu de passer des années à se faire un nom ;
  • La formation initiale au métier de mandataire immobilier, et la formation continue, cette dernière constituant une obligation en vertu de la loi Alur et du décret de 2016 ;
  • Les outils et logiciels internes, qui permettent par exemple d’estimer un bien ou de publier des annonces immobilières.

La commission du réseau vient en déduction de celle que perçoit le mandataire immobilier. Son montant n’est pas le seul critère à prendre en compte. En effet, il convient de se demander à quoi le mandataire a droit en contrepartie de cette commission. Est-il solidement accompagné ou dispose-t-il seulement du droit d’utiliser le nom du réseau ?

Lire aussi : Avec quelle agence travailler en tant que mandataire immobilier ?

Quel est le salaire moyen d’un mandataire immobilier junior ?

L’expérience est bien entendu déterminante pour la prospection et la conclusion d’une transaction, particulièrement si le mandataire est en reconversion professionnelle. Il faut aussi du temps pour se constituer un portefeuille de biens et de clients, et l’accompagnement du réseau est alors décisif.

La rémunération moyenne d’un mandataire immobilier débutant varie généralement entre 1500 et 3000 euros bruts mensuels. Ce revenu est bien entendu soumis à fluctuations. En janvier, le mandataire peut très bien réaliser 2 ventes, et aucune en février et mars. Il est donc difficile d’estimer avec précision le salaire d’un mandataire débutant !

Quelles sont les perspectives d’évolution du mandataire immobilier ?

Avec la montée en compétences, la formation continue et l’expérience, le mandataire va naturellement augmenter sa rémunération. Il réalisera plus de transactions et parviendra à décrocher et à vendre des logements plus chers qu’en début de carrière.

La rémunération d’un mandataire immobilier expérimenté peut ainsi tourner autour de 50 000 euros, voire aller à plusieurs centaines de milliers d’euros. La seule limite est celle qu’il se fixe !

Comment calculer la rémunération d’un mandataire immobilier ?

Considéré comme un agent commercial, le mandataire immobilier dispose de deux options pour lancer son activité : l’auto-entreprise et l’entreprise individuelle. La commission qu’il perçoit est considérée comme des bénéfices non commerciaux (BNC), lesquels donnent lieu à imposition et à des cotisations sociales.

Lire aussi : Que choisir entre le régime BIC ou BNC en tant que mandataire immobilier ?

En micro-entreprise, l’impôt sur le revenu est déterminé après un abattement de 34 %. Calculées sur le montant de recettes encaissées, les cotisations sociales s’élèvent à 22 %.

En entreprise individuelle, les charges sont déduites du bénéfice, puis le résultat est ajouté aux autres revenus du foyer fiscal et imposé au barème progressif de l’impôt sur le revenu. Les cotisations sociales s’élèvent en moyenne à 44 %.

Voyons à présent un exemple chiffré, avec prise en compte des cotisations sociales pour le calcul de la rémunération du mandataire immobilier.

Prix de vente du bien : 250 000 euros

Honoraires sur le prix de vente : 7 %.

Commission accordée au mandataire sur les honoraires d’agence : 70 %

Exemple 1 : rémunération du mandataire en micro-entreprise

Rémunération brute du mandataire : 70 % x 7 % x 250 000 = 12 250 euros

Rémunération nette du mandataire : 12 500 – 22 % : 9 750 euros

Exemple 2 : rémunération du mandataire en entreprise individuelle

Rémunération brute du mandataire : 70 % x 7 % x 250 000 = 12 250 euros

Rémunération nette du mandataire : 12 500 – 44 % : 7 000 euros

Foire aux questions

Quelles sont les différences entre les BIC et les BNC ?

Avec les salaires et traitements, les revenus fonciers ou encore les revenus de capitaux mobiliers, les bénéfices industriels et commerciaux (BIC) et les bénéfices non commerciaux (BNC) constituent deux des catégories composant le revenu global imposable des personnes physiques. Chaque catégorie est soumise à des règles d’imposition particulières.

Vous dégagez des BIC lorsque vous exercez une activité commerciale, industrielle ou artisanale, comme la vente de biens immobiliers ou mobiliers.

Quelles obligations de formation pour un agent immobilier et mandataire ?

La loi Alur impose aux détenteurs d’une carte T et d’une attestation de collaborateur de suivre une formation continue. Celle-ci est dispensée dans un organisme de formation enregistré auprès de la Préfecture.

La formation loi Alur dure 14 heures par an ou 42 heures au cours de 3 années consécutives d’exercice.

Quelles sont les mentions obligatoire concernant le statut d’agent commercial dans les publicités et mandats ?

D’après la loi, le mandataire immobilier est un agent commercial. Pour éviter la confusion dans l’esprit des clients et autres partenaires, le mandataire immobilier doit indiquer qu’il est agent commercial dans tous ses documents commerciaux et dans les mandats.